M
EMOIRE
EMORY
&
D
ATA
Photo FDLM

LUTTRELL John A
TOMBE PARRAINEE OUI
NUMERO DE SERVICE 19126937
AGE 31 ans
DATE DE NAISSANCE 1912
ETAT Los Angeles, CALIFORNIE
FAMILLE Célibataire
GRADE Sergent
FONCTION Tireur de queue (Tail Gunner)
DATE D'INCORPORATION 2 Septembre 1942
SQUADRON 412th Bomb Squadron
GROUPE 95th Bomb Group
DATE DU DECES 10 Juillet 1943
Cliquez sur la photo
STATUT KIA
LIEU DU DECES Saint Didier des Bois
Voir carte du crash
DONNEE DE PLAN B 17 Fortress - Type F-85 BO s/n 42-30105 QW-R Carré B
"Slightly Dangerous"
CIMETIERE CIMETIERE AMERICAIN de NORMANDIE Plan
BlocAllée Tombe
A 1 40
DECORATION
PH
HISTOIRE

Tout commence comme un jour de fête puisque c'est le jour de la distribution des prix pour les élèves de la classe unique de Mme Gabrielle Caron, institutrice à Saint Didier des Bois.

Tout à coup, dans un infernal vrombissement, une vague de 27 bombardiers de type B17 F (forteresses volantes) du 95th Bomb Group approche et survole notre village.

Cette flotte avait initialement pour mission le bombardement d'entrepôts du Bourget et de son aéroport, en région parisienne. N'ayant pu opérer à cause des nuages trop bas qui auraient rendu l'opération hasardeuse, elle avait fait demi-tour et rejoignait sa base en Angleterre, suivant la ligne des aéroports secondaires d'Evreux et Rouen.

A l'approche de Saint Didier des Bois les avions essuient des tirs de DCA dont une batterie est basée à Montaure.

La formation vole à 7 600 m d'altitude avec , à sa tête, le "Slightly Dangerous", nom du B17 immatriculé 230705, lorsqu'elle est attaquée par les chasseurs de la Luftwaffe.

Volant à cette époque sans escorte, les formations de B17 qui possèdent un puissant armement de défense s'attendent constamment à ce genre d'attaques surprises.

Le copilote Mac Cowen, dans l'avion de tête, voit arriver sept à huit chasseurs Messerschmitt de type ME109 (aussi appelés Bf 109) qui ouvrent le feu sur son appareil.

Celui-ci est touché sur deux de ses moteurs qui prennent feu. Il se trouve immédiatement en difficulté, perd rapidement de l'altitude et de la vitesse. Le crash est inévitable car l'avion est en train de se désintégrer sous les vibrations puis sous les explosions. Des habitants de La Haye-Malherbe voit des parachutes s'ouvrir, d'autres se mettre en torche.

Une pluie de matières incandescentes s'abat sur notre village tandis qu'un énorme morceau de fuselage tombe non loin du monument aux morts. Dans la chute de l'avion, une mitrailleuse de fort calibre se détache de la carlingue et traverse en tombant la toiture d'une maison de la rue de la Baronnerie.

Des corps atrocement mutilés sont retrouvés ça et là. A l'intérieur de la queue de l'avion, un jeune mitrailleur de dix-huit ans a perdu la vie comme 5 autres des 10 hommes qui composaient l'équipage de ce bombardier. L'un est tombé de l'appareil et s'est écrasé dans le jardin de M. Meslin ; le pilote, quant à lui, est trouvé carbonisé aux commandes du B17 dont une grosse partie est tombée dans le vallon situé derrière la rue de la Baronnerie.

Par miracle, les bombes contenues à l'intérieur de l'appareil n'ont pas explosé. Cet avion qui, comme les autres bombardiers de la mission, se dirigeait vers un objectif en contenait en effet plusieurs tonnes. Une explosion de la cargaison lors du crash aurait provoqué un véritable carnage.

Tout Saint Didier a assisté au drame, cependant, rares sont ceux qui ont vu des parachutes s'ouvrir lors de la chute de l'appareil. Ces rescapés du drame sont MM. Hardink et Ruska ainsi que deux autres membres de l'équipage. Le premier sera pris en charge par Adonat Mercier et Fernand Prévost, garagiste à St Didier. Le second, retrouvé au pied d'un pommier en flammes dans le bas du chemin d'Argeronne, le sera par Germaine Diénis et sa soeur Andrée aidées par Albert Bécherel. Germaine fera disparaître le parachute en le jetant dans les flammes ce qui incitera les allemands qui ne retrouveront que des débris à penser que son utilisateur est mort brûlé.

Les deux autres survivants seront rapidement retrouvés par les soldats allemands, faute d'avoir pu être cachés par la population. Hardink pourra rejoindre l'Espagne par un réseau de résistance. Paul Ruska qui était radio dans le bombardier séjournera dans la maison Diénis mais, dénoncé au bout de 6 mois, il devra fuir. Il reviendra rapidement à Saint Didier des Bois où il sera caché par Mme Mouchard. Un jeune résistant se chargera alors de le rapatrier vers l'Angleterre. La tentative échouera et Paul Ruska sera arrêté. Accusé d'espionnage, il sera sauvé une seconde fois par Germaine Diénis qui aura la perspicacité d'aller déterrer les vêtements d'aviateur qu'elle avait cachés, prouvant ainsi l'identité de l'homme arrêté. Cela permettra de donner à Paul Ruska le statut de prisonnier de guerre et lui évitera la déportation et une mort probable.

Paul Ruska est venu à Saint Didier des Bois en mai 1973. Une cérémonie avait été organisée à la mairie par M. André Dupuy, alors maire de la commune. Nombre de gens s'en souviennent : ceux qui avaient été témoins du drame bien sûr, mais aussi les autres car des choses fortes étaient passées ce jour-là, mélange d'émotion partagée, de joie, de respect. Comme l'avait écrit dans son article un journaliste rendant compte à la presse : " Les belles scènes humaines sont comme les œuvres d'art, elles ne se commentent pas, elles se contemplent en silence, presque religieusement. On ne riait pas jeudi soir à Saint Didier, on souriait émus...". Ce jour-là, Mme Micheline Laurent avait offert à ce vétéran un couvercle de casserole que son père avait fabriqué en 1943 avec un morceau de carlingue de l'avion abattu. Mme Paulette Branchu, elle, lui avait offert des balles provenant des mitrailleuses du B17

Une plaque commémorative était déjà fixée au coin de la rue du 11 novembre sur le mur d'une propriété, à l'endroit même où était tombé le plus gros morceau du fuselage arrière.




Equipage du B17
--

SOURCES INFORMATIONS Julie MARIN - www.saint-didier-des-bois.com - Francecrashes39-45.net
SOURCE PHOTO Julie MARIN - www.saint-didier-des-bois.com - 95thbg.org

LEXIQUE-LEXICON



CONCEPTEUR: Frederic
CHERCHEUR : Stephanie - Clemence - Bruno - Jean Marc - Patty - Wendy - Jean Francois - Clive
TRADUCTEUR : Marie Therese - Arlette - Nathalie - Patrick

Coopyright "Memoires - Data"2014 - 2016
Tous droits reserves, Site optimisee en 1366 x 800

Site ecrit en HTML, CSS et PHP
Numero de SIRET : ---









M
EMOIRE
EMORY
&
D
ATA
Photo FDLM

LUTTRELL John A
TOMB SPONSORED YES
SERVICE NUMBER 19126937
AGE 31 yo
DATE OF BIRTH 1912
ETAT Los Angeles CALIFORNIE
FAMILY Single
GRADE Sergeant
DATE OF INCORPORATION September 2, 1942
FUNCTION Tail Gunner
SQUADRON 412th Bomb Squadron
GROUPE 95th Bomb Group
DATE OF DEATH July 10, 1943
Click on the photo
PLACE OF DEATH Saint Didier des Bois
View map of crash
STATUT KIA
DATA PLAN B 17 Fortress - Type F-85 BO s/n 42-30105 QW-R Carré B
"Slightly Dangerous"
CEMETERY NORMANDY AMERICAN CEMETERY Plan
GRAVE
A 1 40
DECORATION
PH
STORY

It all starts as a feastday since it is prize giving day for the pupils in Miss Gabrielle Caron's grade, teacher in Saint Didier des Bois. All of a sudden, in an infernal hummin, a fleet of 27 B17 F (Flying Fortresses) belonging to the 95th BomberGroup get closer and then fly over our village. This fleet was initially scheduled to bomb warehouses in Le Bourget as well as its airport, in the Paris area. Because of low clouds, which would have made this mission too hazardous, the fleet U-turned and got back to its base in England, following the line of secondary airports from Evreux to Rouen.

Getting close to Saint Didier des Bois the planes come under Anti Aircraft fire, a Flak bttery is based in Montaure.

The formation flies at an altitude of 23000 feet with the B17 #230705 named « Slightly Dangerous as a leader, when it is attacked by Luftwaffe fighters. At that time, flying without any escort, the B17 formations, which carried heavy defensive weapons aboard, always expected such surprise attacks.

The co-pilot Mac Cowen, aboard the leading plane, sees seven to eight Messerschmitt ME109 fighters (also known as Bf109) shooting at his plane.

Two of its engines are hit, they go on fire. The plane is immediately into trouble, it loses altitude and speed. It becomes obvious it will crash since it is desintegrating due to the vibrations and then the explosions. Some inhabitants of La Haye-Malherbe see some parachutes open while others candle. Incandescent materials fall onto our village while a huge piece of the fuselage falls not far from the war memorial. In the plane's fall, a big-calibermachine gun got loose from the cabin and fall through the roof of a house rue de la Baronnerie.

Dreadfully disfigured bodies were found here and there. Inside the plane's tail a 18 year-old gunner lost his life, as did 5 out of the 10 men who composed this bomber crew. One of them fell from the plane and crashed in M. Meslin's garden ; as for the pilot, he is found burned to death piloting the B17 of which a big part fell in the small valey behind the rue de la Baronnerie.

Miraculously, the bombs carried inside the aircraft did not blow up. This plane, just like the other bombers of this mission, went on to an objective with several ns of it. An explosion of its cargo would have provoked an absolute carnage.

Everybody in Saint Didier des Bois witnessed the tragedy, however, very few saw the parachutes open while the aircraft fell. Theses survivirs are Mr. Hardink and Mr. Ruskaas well as two other crew members. The first one will be taken care of by Adonat Mercier and Fernand Prévost, garage-owner in Saint Didier. The second, recovered at the foot of a burning apple tree down the Chemin d'Ageronne, by Germaine Diénis and her sister Andrée with the help of Albert Bécherel.Germaine will get rid of the parachute by throwing it into the flames, which will make the Germans think its owner was burned to death, since they found only fragments.

The other two survivors will quickly be recovered by German soldiers, since the population was unable to hide them. Hardink was successful in joining Spain thanks to a Resistance network. Paul Ruska, who was the radio operator, will live in the Diénis' home but, denouncd 6 months later, hez will be forced to flee. He will come back soon in Saint Didier des Bois where he will be hidden by Mrs Mouchard. A young Resistance fighter will be responsible for his repatriation in England. The attempt will fail and Paul Ruska will be arrested. Accused of spying, Germaine Diénis will save his life, once again, since she will unearth his airman's clothes she had hidden, proving his identity. Through this action, Paul Ruska will gain a Prisoner of War status which prevent him from being sent to a concentration camp and certainly dying.

Paul Ruska came back in Saint Didier des Bois in 1973. A ceremony was organized in the Town Hall by Mr. André Dupuy, the then mayor of the town. Many people remember those who witnessed the tragedy, of course, but alsothe othersbecacuse strong emotions were conveyed that day, a mix of shared emotion, joy, respect. As it was written by a journalist : « The beautiful human scenes are like works of art, we do not comment on them, we contemplate them, almost reverently. We did not laugh last Thursday in Saint Didier, we smiled, moved... ». On that day, Mrs Micheline Laurent presented the veteran with a lid her father made in 1943 with a piece of the shot down plane's cabin. Mrs Paulettre Branchu, did prent him with bullets from the B17 machine guns.

A commemorative plaque was already fixed at the corner of the rue du 11 novembre on a house's wall, right on the spot where the biggest part of the rear fuselage fell.




--
--
Crew of B17
--

INFORMATION SOURCES Julie MARIN - www.saint-didier-des-bois.com - Francecrashes39-45.net
PICTURE SOURCE Julie MARIN - www.saint-didier-des-bois.com - 95thbg.org

LEXIQUE-LEXICON



CONCEPTEUR: Frederic
CHERCHEUR : Stephanie - Clemence - Bruno - Jean Marc - Patty - Wendy - Jean Francois - Clive
TRADUCTEUR : Marie Therese - Arlette - Nathalie - Patrick

Coopyright "Memoires - Data"2014 - 2016
Tous droits reserves, Site optimisee en 1366 x 800

Site ecrit en HTML, CSS et PHP
Numero de SIRET : ---