Louis J CAPOZI

 

capozi louis j
NUMERO DE SERVICE32314986
AGE24 ans
DATE DE NAISSANCE15 janvier 1920
ETATNEW YORK
FAMILLE--
GRADESergeant
FONCTION 
PROFESSION AVANT INCORPORATION--NY
DATE D'INCORPORATION--
COMPANYCompany C
BATTALION68th Tank Battalion
DIVISION6th Armored Division
"Super Sixth"
DATE DU DECES6 aout 1944capozi louis j mur
STATUTMIA
LIEU DU DECESPlouneour-Menez FINISTÈRE
CIMETIEREBRITTANY AMERICAN CEMETERY de St James

Plan du Cimetière Américain de St James

TOMBE
Mur des Disparus
DECORATION
Silver Starss
Purple HeartPhoto FDLM
Good Conduct MedalGood Medal Conduite
European African Middle Eastern Campaing MedalEAMECampaign
American Campaign Medalamerican campaign medal
World War II Victory Medalvictory medal
  

 

us army div arm 6 68bt

capozi louis j stele

Stèle en mémoire du Sergeant Louis J CAPOZI au Cimetière d'Arlington

Par Carl DiMaria
capozi louis joseph

capozi louis j team

Nbr 3 Louis J. Capozi, F company 10 April 1943

Source: Paul Warp collection

Lees meer: 6th-armored-division-honor-roll.webnode.nl

HISTOIRE

 

Campagne de Bretagne


Le 68th Tank Battalion avait été bien entraîné aux Etats-Unis et au Royaume-Uni. Il avait étudié, manoeuvré et exercé longtemps et assidûment le sinistre métier de la guerre. Les commandants connaissaient leurs hommes; les hommes connaissaient leur métier - tout cela de la formation et du livre. Mais, soudainement, les jetons étaient tombés. Nous venions tout juste de traverser le chenal depuis l'Angleterre et avions retrouvé nos jambes. Nous étions prêts. Nous avons été alertés; Nous nous demandions quel genre d'emploi nous attendait. Les préparatifs se faisaient tranquillement, et nous avions tous l'impression que quelque chose de grand était nécessaire pour sortir de l'impasse de St. Lo et Lessay. Et puis, sûrement, ça a commencé.
Le 28 juillet 1944, à 11 h 15, sous le commandement de combat «A», nous avons quitté les environs de Fierville en direction de Lessay. La compagnie «A», commandée par le capitaine Raymond Polk, était attachée à l'avant-garde du commandement de combat sous le 44e bataillon d'infanterie blindée. Puis, après avoir franchi sans succès et avec succès la 79e division d'infanterie à Lessay, le bataillonbivouaqué dans les environs de Montsurvent. Ainsi, le premier jour était terminé, et le grand mouvement avait commencé, mais le monde n'avait aucune idée que la percée était en cours. Le lendemain, à 10 h 40, le bataillon quitta son bivouac pour se rendre au pont de la Toque, lorsque la tête de la colonne du pont de la Roque rencontra de la résistance. Nous quittâmes la route pour un rassemblement temporaire et y restâmes jusqu'en 2115 , tandis que l'attaque sur le passage de la rivière s'est développée. Lorsque le commandement de combat a été déployé pour l'attaque, un peloton de la compagnie «A», sous le commandement du 2e lieutenant Donald A. Kratzer, a reçu l'ordre de prendre des positions de tir direct sur les hauteurs au nord de la Seine. a été livré sur des cibles prédéfinies avec d'excellents résultats observés. Ensuite, après l'attaque de la 44e a été couronnée de succès, ce même peloton a traversé la rivière à gué dans des conditions très difficiles et a pris position pour soutenir l'infanterie en cas de contre-attaque. À 21 h 15, le bataillon s'installe dans un bivouac à un mille au nord du pont de la Roque et y reste la nuit.
Le 30 juillet, toujours sous «CCA», nous sommes allés dans la réserve de la division, tandis que les éléments de «CCB» sont passés tôt le matin. Puis, à 21 h 15, le bataillon est reparti et a marché jusqu'à l'aube, où il a fermé le bivouac près de Muneville-Sur-Mer, où une opération réussie a été gâchée par la mort de Pvt. William Wall, compagnie "A", qui a été tué par un piège. Bien que notre coup de foudre ait été voilé par le secret, tout le monde savait que l'équipement était entré dans la clairière, et à partir de là, il y aurait une question d'endurance et de course de champs brisés.
Après seulement quelques heures de repos, le bataillon sortit et ferma le bivouac près de La Tapinière à 14 h 15. Toujours en roulant vite et fort, nous repartîmes à 1900 et atteignîmes un point près de Sartilly à 3 h 15 le lendemain matin. Nous étions alors sous le contrôle de la Troisième Armée, destinée à plus tard et même bientôt se couvrir de gloire et aussi de son chef coloré, le Lieutenant Général George Patton, Jr.
Tôt dans l'après-midi du premier août, nous nous sommes dirigés vers Avranches. Après avoir déménagé, nous avons été mitraillés par des avions ennemis et avons subi une perte. C'était notre première expérience avec des mitrailleuses, et nous leur avons tiré dessus peut-être un peu sans discernement. Peut-être que le doigt de la gâchette était un peu démangeaisons. En 1930, la colonne a été mitraillée à nouveau, cette fois au sud d'Avranches, mais nous n'avons pas subi de pertes. Ensuite, nous avons fermé au bivouac peu avant minuit au nord d'Antrain. Le bataillon S-2, le capitaine Raines, alla contacter le FFI pour s'informer et trouva qu'ils avaient nettoyé la ville de l'ennemi et y avaient pris et tenu un pont important, vital pour l'avance continue du commandement de combat. Notre peloton de reconnaissance, commandé par le lieutenant. Pendant ce temps, Harry Linebaugh avait fait une reconnaissance pour une traversée supplémentaire de la rivière qui serait utilisée au cas où le pont serait détruit. Alors s'est terminé un autre jour, et nous commençions vraiment à rouler.
Le lendemain matin, à 7 h 20, nous continuâmes la marche et nous fîmes rapidement route vers Medreac. Bien que nous en ayons esquivé la plus grande partie, nous avons rencontré une résistance éparpillée, et capturé pendant la journée douze prisonniers, dont un [sic] Major très mal confus. De plus, la compagnie "D" fut mitraillée à 14 h 10 par des avions ennemis tirant des roquettes, mais leur précision était nulle et ils furent repoussés avec succès sans que le moindre dégât ne soit fait. Le temps était idéal maintenant, et, malgré la pression de la conduite continuelle, nous étions en pleine forme et pleins de confiance. "CCB" était parallèle à notre fer de lance et l'ennemi était dans une déroute confuse, c'est-à-dire, ce qui restait de lui, car nous étions bien dans son enveloppe extérieure à ce moment-là. Le troisième août, nous avons déménagé à 1225, Compagnie«A», marchant avec l'avant-garde, avait reçu continuellement des tirs d'armes légères, mais le capitaine Polk avait jugé nécessaire de n'utiliser qu'un déploiement limité pour dégager la route de mars. Cependant, en entrant dans Mauron, un peloton, dans le cadre de la partie avancée a rencontré des armes légères raides et le feu de canon. Ainsi, avec ce peloton agissant comme une base de feu, le reste de la compagnie a enveloppé la ville du nord. Au cours de cette action, ils ont détruit plusieurs nids de mitrailleuses et causé de lourdes pertes ennemies. À la suite de cette attaque, ce qui restait de cette force kraut est retombé de la ville. Et voici une note intéressante - pour la première fois, nous avons constaté que bon nombre des heinies portaient des brassards de la Croix-Rouge. Jerry était un peu désespéré - peut-être? Eh bien, quand cette action a été achevée, le bataillon s'installe dans un bivouac à un mille au sud de Mauron à 22 h. À ce moment-là, un peloton, le second, de la compagnie «D» est affecté aux trains «CCA» pour la protection des arrière-garde. Notre approvisionnement, les lignes s'étiraient un peu.
Le lendemain à huit heures, le bataillon était détaché de «CCA», tout comme le 44e AIB. Le colonel Davall a été placé aux commandes de cette force nouvellement formée et a reçu l'ordre de rester dans la zone et d'attendre d'autres ordres, et a également reçu la batterie «A» du 777th AAA Bn, mais à midi, nous sommes retournés à «CCA "contrôlez encore. Ensuite, le colonel Davall a été chargé de diriger la colonne de commandement de combat. À 13 h 50, nous nous sommes retirés en nous dirigeant vers l'ouest. A Pontivy, la colonne se heurta à un pont soufflé; Le sergent Malcolm Helton, plus tard décoré d'une étoile de bronze pour son action, a fait une reconnaissance et a trouvé un autre chemin à travers la rivière et le canal, ce qui a permis à la force de procéder avec une perte de temps minimale. Pour accomplir cela, Sgt. Helton a pénétré vingt miles, apparemment, dans une zone tenue par l'ennemi, et utilisé une seule section pour accomplir sa mission dangereuse. Avec la colonne en "roue libre", nous nous sommes frayés un chemin à soixante et un milles au-delà de Mauron, où l'opposition a été rapidement traitée, le groupe de ravitaillement a ravitaillé et est resté le long de la route pour attraper quarante des clins d'œil Ainsi se termina l'un des coups les plus audacieux, brillamment menés, sous pression et blindés faits jusqu'alors dans la marche.
A neuf heures et demie le 5 août, l'ACC a repris son périple vers l'ouest sous le commandement de Brig. Général James Taylor. Puis à l'est de Merdrignac, la compagnie "C" a été tirée par un tir de sniper organisé depuis un système de tranchées. La compagnie a immédiatement riposté, tuant cinq ennemis et en blessant plusieurs autres. Quand le chef de la colonne atteignit Huelgoat, le lieutenant-colonel McCorrison reçut l'ordre du commandant de division de dégager la ville et deux pelotons de la compagnie «A» reçurent l'ordre de soutenir une compagnie du 44e en accomplissant cette mission. Cette force s'est fermée sur l'ennemi dans deux directions et les a conduits dans l'extrémité nord de la ville. À ce moment-là, la résistance est devenue très raide, et le groupe de combat s'est attaqué de près à l'ennemi. Un char a été touché par un tir de Panzerfaust à très courte distance et a été incendié. l'équipage du char est resté à l'intérieur et a continué à mitrailler les kraut jusqu'à ce que la chaleur devienne insupportable; rampant hors du véhicule, ils se sont retrouvés entourés par les troupes de la Wehrmacht qui les ont appelés à se rendre. A l'unanimité, ils ont refusé, et ont immédiatement ouvert le feu sur le groupe face à des difficultés écrasantes, et à une mort presque certaine. Technicien de 5e année, Santo De Nunziato, Fred K. Blaylock, ont été abattus par des tirs de mitrailleuses. Nunziato a été immédiatement tué et Blaylock est mort de ses blessures plus tard à l'hôpital. Le technicien de quatrième classe Charles E. Pidcock a continué à tirer son pistolet mitrailleur à bout portant jusqu'à ce que son char explose, et l'a jeté dans une haie voisine. L'ennemi avait été dissipé; Les trois tankistes ont ensuite reçu le Silver Star pour leur action au combat. Après l'action ci-dessus la colonne a traversé la ville de Huelgoat et a contourné les combats, la compagnie C commandée par le capitaine Daniel E. Smith a reçu l'ordre de libérer la compagnie A dans le cadre de l'avance Garde. Le transfert effectif n'a cependant pas eu lieu avant le lendemain matin et, cette nuit-là, les patrouilles ennemies se sont infiltrées à travers une zone de bivouac dans la zone avant, lançant des grenades et causant une victime avant d'être chassées.
Puis, le 6 août, le 1er peloton de la compagnie D était attaché à l'avant-garde pour soutenir le point. Aussi le troisième peloton de cette compagnie était attaché à l'avant-garde avec la mission de reconnaître un point fort ennemi sur le flanc de la colonne. Le troisième peloton se déplaçait sur une route indépendante et se heurtait à un barrage routier défendu par des armes légères, des mitrailleuses et des bazookas. Le peloton tirait de très nombreuses armes, se déployait et se retirait sous son propre feu, après avoir infligé de lourdes pertes. les mitrailleuses ennemies et les bazookas. Cette action a coûté la vie à la Compagnie, le capitaine Robert B. McKenna, commandant de compagnie de la compagnie «D», qui a été blessé au bras gauche. Le premier peloton de la pointe a rencontré des armes légères, des bazookas, et le tir de mortier pendant la reconnaissance d'un point fort de l'ennemi alors qu'il se trouvait à proximité de la route, mais il n'a pas été blessé. Le corps principal a quitté la région du Bivouac vers 17 h 45.
La compagnie C, maintenant à l'avant-garde, rencontra une forte résistance ennemie à Blouveaut et fut attaquée par des armes légères, des mitrailleuses, des mortiers et une batterie d'artillerie. L'ennemi a été creusé dans des positions bien préparées. L'observation ennemie était bonne. Cependant, une section de chars moyens, sous le commandement du 2e lieutenant John Lundh, a poussé dans la ville et a repoussé l'ennemi dans l'extrémité ouest de la ville, tandis que la colonne CCA a contourné la ville et le point fort. Cette section de chars a assommé deux nids de mitrailleuses ennemis et infligé de lourdes pertes personnelles à l'ennemi. Il a également admirablement réussi à examiner le corps principal à l'extrémité sud de la ville, mais le coût était lourd. Les deux réservoirs de la section ont été assommés. Le char du lieutenant Lundh a été détruit par un tir direct d'un canon français 75 capturé par l'ennemi, et le Sgt. Capozi a été tué et disparu dans cette action au feu. Les victimes ont été deux tués, un blessé et quatre disparus.
À 20 h 50, au sud de Plauveaut, lorsque l'artillerie ennemie a commencé à bombarder la colonne du CCA, le 1er lieutenant Elzie Hickerson est allé de l'avant pour tenter de repérer les armes ennemies et diriger notre tir. Pour ce faire, le lieutenant Hickerson a dû se rendre dans la zone où le feu était tombé: il l'a fait, a localisé les positions des armes à feu et est resté là pour diriger notre tir de contre-batterie qui a immédiatement fait taire les armes. Pour cette action, le lieutenant Hickerson, le chef du peloton d'assaut, a reçu plus tard la médaille d'étoile de bronze. Ainsi, l'ennemi était une fois de plus conduit à la fuite en avant. Le bataillon a finalement fermé au bivouac à 02h00 le lendemain matin dans les environs de Gouesnou. Ainsi a complété une marche continue de trente-deux heures, qui a pris la colonne à travers les villes de Bodtis et de Plabennec.
Tôt le matin du 8 août, l'avant-garde, à laquelle était rattachée la compagnie «C» et un peloton de la compagnie «D», fut bombardée par l'artillerie ennemie, le tir direct et le tir de mortier lourd. Nos véhicules ont été immobilisés à cause du manque d'essence; notre trajet était allé si loin et si vite que nos lignes d'approvisionnement étaient presque au point de rupture. Jerry avait une excellente observation, et ses batteries étaient parfaitement camouflées; ses troupes terrestres étaient bien enfoncées. Et, bien que les avions de liaison essayassent en vain de repérer les positions cachées, notre tir de contre-batterie fut inefficace et le martèlement sans merci continua pendant quatre heures et demie sans répit.
Au cours de cette action, de nombreux actes d'héroïsme ont été notés; par exemple: le Capitaine Daniel E. Smith, commandant de compagnie de la compagnie «C», tenta de localiser les installations ennemies, se dressa hardiment sur le char et la haie et s'exposa ainsi à d'innombrables occasions sans se soucier de sa sécurité personnelle. Une attaque d'infanterie était attendue. nous avions besoin d'une meilleure observation. Sentant ce capitaine Smith garder une surveillance constante, ne prêtant aucune attention à la grêle des obus éclatant autour de lui. Pour cette conduite héroïque, il a reçu plus tard la médaille Silver Star. Aussi, Pfc. James T. Smith a découvert que son copain était blessé dans une tranchée fendue; Il a grimpé sur la tourelle de son char pour trouver la trousse de premiers secours. Un obus a frappé la tourelle et l'a grièvement blessé. En dépit de ses blessures mortelles, il a sécurisé le kit et a rampé au secours de son camarade tombé. Alors, après avoir soigné son copain, il s'est effondré et a été lui-même évacué. Plusieurs jours plus tard, il est mort dans un hôpital de campagne. Pour sa galanterie en action, il a reçu à titre posthume la médaille Silver Star.
Au cours de cette action coûteuse, notre reconnaissance avait encore confirmé que nous avions couru dans les défenses extérieures de la forteresse BREST. L'objectif de la Division se profilait si près et si loin. Nos commandants ont suivi la seule voie logique: se retirer vers des positions plus avantageuses, stabiliser notre ligne et se préparer à attaquer ce port stratégiquement important. Il convient de noter ici que la réduction finale de Brest s'est révélée plus tard être une opération militaire majeure nécessitant l'engagement d'un corps renforcé et qui dure plusieurs semaines. Et nous étions là - ayant presque terminé une percée de deux cent cinquante milles qui avait sapé notre virilité blindée. Les hommes étaient fatigués. Puis du quartier général supérieur est venu l'ordre à notre bataillon "Attaquez et saisissez cette partie de Brest qui se trouve dans votre zone."
Des plans ont été automatiquement élaborés et nous nous sommes préparés à ce que nous pensions être un dernier élan sacrificiel et suicidaire pour la gloire, La Force opérationnelle Davall était composée du peloton de reconnaissance du bataillon, du quartier général du bataillon, de trois forces d'assaut subalternes composées chacune de trois chars moyens, d'un char d'assaut, d'un peloton d'infanterie blindée et d'un chasseur de chars. L'infanterie était montée sur les chars et la TD La force de frappe avait aussi une réserve sous le 1er. Le lieutenant Elzie Hickerson, qui était composé de notre peloton d'artillerie d'assaut de 105 mm, de notre peloton de mortiers, de notre 44e peloton AIB AT et d'une escouade de lance-flammes du génie, ainsi que d'une équipe de détection des mines. Les éléments restants du bataillon ont également été utilisés pour former deux autres groupes de travail importants, de même composition que la force opérationnelle Davall. Un groupe de travail était sous le commandement du capitaine Raymond Polk, commandant de la compagnie "A." En outre, la réserve de commandement de combat comprenait la compagnie «D»
Après une longue préparation d'artillerie, l'attaque a sauté à 07h00 le 9 août. La Force opérationnelle Davall a été touchée par des canons ack-ack bien placés de 20 mm avant d'atteindre la ligne de départ. Notre contrebatterie a fait taire ces canons, nous savions exactement où ils étaient, pour le 2e lieutenant, Harry Linebaugh avec des éléments de son peloton. Reconnu, il avait même dangereusement travaillé son chemin jusqu'aux muselières même la veille, et avait localisé leur emplacement. Le lieutenant Linebaugh a reçu plus tard la médaille d'étoile de bronze pour cet exploit.
Toutes les forces opérationnelles travaillaient de plus près à la position défensive de l'ennemi. La Task Force Davall a rencontré un barrage routier et a immédiatement commencé à le déborder, quand soudainement, la radio a reçu l'ordre d'arrêter l'attaque et de se retirer. Ouf! C'était fermé! Nous n'avons pas été déçus que l'attaque ait été annulée car tout le monde savait à quel point la tâche était énorme, à quel point il était préparé à nous accueillir sur terre, sur mer et dans les airs.
Ainsi, en conservant la composition des groupes de travail, et sous le contrôle du CCA, la Task Force Davall a marché vers les environs de Plouvien. Le peloton de Recon s'avança et trouva la ville dégagée de l'ennemi; la colonne tourna vers l'ouest, juste au sud de la ville, et se dirigea vers sa zone de bivouac, mais avant que nous ayons franchi ce tournant, des combats ont éclaté dans les rues. Nous apprîmes plus tard qu'une force ennemie d'environ 1500 membres de la 265ème Division d'Infanterie s'était approchée de Plouvien depuis le Nord-Est, sans savoir que nous étions là. Le capitaine Polk était Johnny-sur-le-champ; il vit que le passage sûr de la colonne à ce point critique était sérieusement menacé. Alors, rapidement, il a pris une section de ses chars moyens dans la ville proprement dite et a contacté là un groupe mixte de 44e et 9e pâtes AIB, mais aucun officier d'accompagnement, alors il a immédiatement pris le commandement de la situation, Il organisa une force opérationnelle de chars-réservoirs et traversa la ville jusqu'à ce que les tirs de mortiers, de pièces d'artillerie et de mitrailleuses ennemies deviennent si violents que l'avance était impossible. Entre-temps, le lieutenant-colonel McCorrison, commandant de la 44e AIB, est arrivé sur les lieux et il a été décidé que le colonel McCorrison appuierait l'attaque dans la direction initiale, tandis que le capitaine Polk a renversé les kraut de l'ouest. Le capitaine Polk, ayant envoyé une section supplémentaire de chars moyens, se fraya un chemin à travers le côté ouest de la ville et repoussa le flanc droit ennemi. La force kraut, se retrouvant coincée entre les deux forces attaquantes, se retira de la ville et se retira sur la route, à quel point nos avions de combat se mirent en vue et les retravaillèrent. Inutile de mentionner,
En outre, au cours de l'action ci-dessus, nous devons dire ce que les soldats exceptionnels sous Capitaine Polk atteint. Le sergent d'état-major Vernard T. Brock-Jones et le sergent Myron N. Switzer, sergent de section et chef de section respectivement de la section appelée par le capitaine Polk pour renforcer la force d'origine, sont arrivés sur les lieux avec l'ordre de rejoindre un peloton d'infanterie à l'ouest. côté de la ville. Ils n'y ont trouvé que deux fantassins, mais ont immédiatement pris les positions ennemies sous le feu et se sont frayé un chemin en avant. Les fantassins sont arrivés et ils ont continué à avancer contre le feu lourd de mortier, d'artillerie et de mitrailleuse. S / Sgt. Le char de Brock-Jones a été touché par le feu de bazooka, mais il a continué à avancer et a continué à verser de la plomb dans les jérus jusqu'à ce qu'ils soient fauchés ou qu'ils fuient en dehors de la ville. Bien que non-frappé, Sgt. Switzer a fait de même, Puis, après que la fumée se fut dissipée et que la bataille fut gagnée, le 68ème Bataillon de Chars entra dans le bivouac pour le ravitaillement et le repos bien mérité, bien mérité. Nous sommes restés dans cet endroit jusqu'au 12 août, récupérés et réaménagés autant que possible.

SOURCES INFORMATIONS & PHOTOSFindagrave.com - JF PELLOUAIS - www.abmc.gov - Honorstates.org - 6th-armored-division-honor-roll - Tracesofwar.com - Paul Warp collection - Carl DiMaria
PROGRAMMEURSFrédéric & Renaud