Harry A TEBBETTS

 

TEBBETTS harry a
NUMERO DE SERVICE31178196
AGE28 yo
DATE DE NAISSANCE24 février 1917
ETATWolfeboro Carroll County NEW HAMPSHIRE
FAMILLEParents: Archer Harry Kimball & Abbie Hardy WIGGIN TEBBETTS 
Frère &  Soeur: Ruth Nellie, Harry Archer & Harvey Frederick
GRADEPvt
FONCTIONInfantry
PROFESSION AVANT INCORPORATIONSemiskilled linemen and servicemen, telegraph, telephone, and powerNH
DATE D'INCORPORATION17  novembre 1942 Manchester NEW HAMPSHIRE
COMPANYCompany G
REGIMENT263rd Infantry Regiment
DIVISION66th Infantry Division
DATE DU DECES18 février 1945tebbetts harry a tombe
STATUTKIA
LIEU DU DECESSecteur Saint-Nazaire, LOIRE-ATLANTIQUE
CIMETIERECIMETIER AMERICAIN BRITTANY  de St James

Carte du St James American Cemetery

TOMBE
PlotRowGrave
J146
DECORATION
Purple HeartPhoto FDLM
Good Conduct MedalGood Medal Conduite
European African Middle Campaing MedalEAMECampaign
American Campaign Medalamerican campaign medal
World War II Victory Medalvictory medal
Combat Infantryman Badgecombat infantryman badge
 

  

us army div 66 263infreg 263ir

 

 
 
TEBBETTS harry a stele 

Frère d'Harry

Harvey Frederick

 

TEBBETTS

AGE23 ansTEBBETTS harry a stele
DATE DE NAISSANCE10  février 1922
DATE DU DECES9  mars 1945 à Luzon
ETATCarroll County NEW HAMPSHIRE
FAMILLEParent: Archer Harry Kimball & Abbie Hardy WIGGIN TEBBETTS
GRADEPFC
UNITE35th Infantry Regiment
25th Infantry Division
NH
DATE DU DECES6  février 1941 Manchester, NEW HAMPSHIRE
TEBBETTS harry a frere cemetery
Cimetière Américain de Manille

Histoire de la 66th Infantry Division.

div 66

Bref historique de la 66th Infantry Division "Black Panther"

Par Philip M. Coons dans "Letters Home"

La 66th Infantry Division a été activée le 15 avril 1943 à Camp Blanding, Fl. Son commandant, le major général Herman F. Kramer, a continué avec la division jusqu'en août 1945, date à laquelle il a été relevé par le major-général Walter F. Lauer. Le général Lauer a commandé la division jusqu'à sa désactivation en novembre de 1945. La 66th Infantry Division faisait partie du groupe de sixième armée et a participé à la campagne du nord de la France.

La division a été formée et a eu ses premiers trois mois d'entraînement à Camp Blanding dans le nord-est de la Floride. La division a ensuite déménagé à Camp Joseph Robinson près de Little Rock, Arkansas pour la formation continue. Ils ont terminé leur entraînement à Camp Rucker, en Alabama. En novembre 1944, la division est arrivée à Camp Shanks, New Jersey, son dernier arrêt avant d'être expédiée à l'étranger. Une partie de la division a navigué pour l'Angleterre le 15 novembre 1944 à bord du George Washington et le George O. Squier et le reste de la division ont navigué sur le HMS Britannic le 1 décembre 1944. Alors qu'en Angleterre la division était cantonnée dans de petites villes et caserne à Camp Blandford dans le comté de Dorset sur la côte sud de l'Angleterre.

La 66e Division se composait des 262e, 263e et 264e régiments d'infanterie, de la batterie du quartier général, des 721e, 870e, 871e et 872e bataillons d'artillerie de campagne, du 266e bataillon de combat du génie, du 366e bataillon médical, du 66e corps du contre- La 66th Quartermaster Company, la 66th Cavalry Reconnaissance Troop, la 566th Signal Company et les troupes spéciales du quartier général, y compris une compagnie de quartier général et un peloton de police militaire.

La 66th Infantry Division traversa la Manche le soir de Noël 1944. La majorité des troupes d'infanterie étaient à bord du SS Léopoldville et du HMS Cheshire . A cinq milles au large de Cherbourg, le SS Léopoldville a été torpillé par un U-boot allemand. Quatorze officiers et sept cent quarante-huit militaires ont été perdus.

Après son arrivée à Cherbourg, la 66th Infantry Division se regroupa et se dirigea vers les secteurs de L'Orient et de Saint-Nazaire en Bretagne pour revivre la 94ème Division qui gardait les poches des bases sous-marines allemandes laissées après l'invasion du débarquement. Les estimations du nombre de forces allemandes laissées dans ces poches sont passées de cinquante à cent mille. La 94ème division a été envoyée à la Bataille des Ardennes. En Bretagne, la 66e division effectuait quotidiennement des patrouilles de reconnaissance le long du front de cent douze milles et menait des tirs d'artillerie périodiques sur les poches de résistance. Le feu d'artillerie a neutralisé un certain nombre de grands canons allemands et a coulé de nombreux bateaux de ravitaillement. Lors de la reddition allemande du 8 mai 1945, la 66th Infantry Division déménagea dans la zone près de Coblence, en Allemagne, pour y exercer des fonctions d'occupation et pour surveiller les camps de prisonniers de guerre allemands.

A la fin du mois de mai 1945, la 66th Infantry Division déménage à Marseille, sur la côte sud de la France, pour équiper les escales de Marseille, d'Arles et de Saint-Victoret d'où les troupes sont envoyées en guerre dans le Pacifique. Une fois situé près de Marseille, le 263e rangeait la zone de transit de Saint-Victoret et les 262e et 264e rangeaient la zone de rassemblement d'Arles. Le 870e a été assigné comme unité de MP, le 871st a gardé le Dépôt de Miramas, et le 872ème a été posté à Marseille. Le 721st est devenu une unité de transport. Le 266th Engineer et le 366th Medical bataillons exécutent leurs tâches habituelles. Alors que dans la région de Marseille, la 66th Infantry Division a construit un total de huit amphithéâtres de cinéma en plein air où les GI ont été traités à de nombreux spectacles USO. De nombreuses équipes sportives de la 66e Division ont joué sur un autre terrain d'athlétisme nouvellement construit.

Avec la cessation des hostilités dans le Pacifique, une petite partie de la 66th Infantry Division est rentrée chez elle à la fin d'octobre 1945. Le reste des hommes de la 66th Infantry Division qui n'avaient pas assez de points pour rentrer chez eux a été envoyé à Delta Base dans le sud de la France en Allemagne et en Autriche pour servir de forces d'occupation.

66div avance

Parcours de la 66th Infantry Division en Europe.

 

Dans l'ensemble, la 66e division subit les pertes suivantes: 804 tués, 268 blessés, sept disparus et dix-neuf capturés. Il y a eu 1 098 pertes de combat et 849 pertes hors combat.

66div photo

Inspection des troupes du 1st Bataillon du 263rd par Major General Hermann F. KRAMER et le Lieutenant Colonel George G. WILLETTE et le Captain James B. VANDEWATER sur le secteur de St Nazaire. 6 mars 1945. (Coll THR)


--------------------------------------
Sur le front de Saint-Nazaire...

Entre le Temple de Bretagne et Blain, un front d'environ 20 km est défendu par trois bataillons du 263rd Infantry Regiment, principale unité du secteur de la Poche. En soutien le Field Artillery Battalion 871st et le 688th Field Artillery Battalion disposent de canons de 105 mm. Chaque bataillon place deux compagnies en ligne et une en réserve. Cela permet aux soldats en ligne d'être remplacés tous les 6 jours. Pendant 5 mois, le quotidien des troupes est principalement rythmé par des missions d’infiltration au sein du secteur ennemi. En effet, celles-ci permettent d’obtenir de nombreux renseignements essentiels. De plus, la capture de soldats allemands permet d’avoir des informations supplémentaires. Ces différentes opérations entrainent de lègères pertes ainsi que quelques prisonniers malgré le soutien des batteries légères du 688th Field Artillery Battaillon. Cependant le moral des Américains est très bon contrairement à celui des troupes allemandes qui est diminué selon les secteurs. Relevés régulièrement les Panthermens peuvent en effet profiter de l’orchestre divisionnaire qui organise des tournées dans les unités, des films sont également projetés et des permissions accordées sur Nantes. Par la suite, le 262nd Infantry Regiment,initialement basé sur la poche de Lorient, remplace en partie le régiment présent.

66div presse


LA REDDITION

La reddition de la Festung et la Libération Signature de l’armistice le 8 mai 1945 à Cordemais.

L’Allemagne capitule sans conditions à Reims le lundi 7 mai 1945 à 2h41.

Pourtant tout n’est pas aussitôt fini à Saint-Nazaire. Au lieu dit « les Sables » à Cordemais devant une table sommairement construite, trois officiers allemands. Les Alliés sont représentés côté américain par deux officiers de l'état-major de la 66th Infantry Division le Colonel Keating et le Major Parr, assistés par un interprète le Captain Hochstetter et côté français par le capitaine Delpèche de l’état-major de la 25e D.I. La reddition est enfin signée à 13h30, le cessez-le-feu entre en vigueur à 14h...

Les protocoles de la reddition signée le 8 mai précisent que les Allemands ont encore le 9 et le 10 mai 1945 pour déminer les accès à la Poche, ranger leur matériels à rendre intact et se parquer eux-mêmes dans des camps de prisonniers. Les Alliés ne devront rentrer que le 11 mai dans la Poche, après la cérémonie de la reddition ! La population attend sa libération, impatiente, et commence à fêter la victoire. .Reddition à Bouvron le 11 mai 1945.

tebbetts harry redition

 

La cérémonie de la reddition est fixée à Bouvron pour 10h. C’est seulement à son issue que les troupes alliées doivent pénétrer dans la Poche. Pourtant, dès 7h du matin, un détachement précurseur français franchit l’ancienne ligne de front : le Détachement de Circulation Routière de la 25e Division d’Infanterie ouvre la route et place des plantons aux différents carrefours. Ces hommes sont chargés d’orienter les convois militaires qui suivront dans quelques heures.

A 10h précises, Le Generalleutnant Junck descend, suivi de son adjudant le Major Kerrl, de l’interprète le Leutnant Bernstein, de l’Oberst Deffner qui représente la Luftwaffe et du Kapitän-zur-See Mathies la Kriegsmarine, ils dirigent vers la délégation alliée.Junck déclare « Conformément à la capitulation signée à Cordemais le 8 mai, je remets entre vos mains les forces armées allemandes qui étaient sous mes ordres à Saint-Nazaire. En symbole de cette reddition je vous remets mon arme personnelle.

tebbetts harry redition1

Elle n’est pas chargée et la sécurité est mise. » Kramer prend l’arme et répond « General Junck ! Au nom des forces alliées j’accepte votre reddition. Vous et vos hommes seront traités correctement en tant que prisonniers de guerre ».

Les deux généraux se saluent. La délégation alliée passe les troupes en revue au son de la musique militaire américaine. Kramer s’adresse à ses hommes « Je suis fier de mes Panthermen. Je vous salue ! ».

tebbetts harry redition2

 

C’est enfin la Libération, les panthermens entrent dans la poche de Saint-Nazaire.


SOURCE INFORMATION & PHOTOAad.archives.gov - Findagrave.com - Clive TIRLEMONT - JF PELLOUAIS - Abmc.gov - Honorstates.org
PROGRAMMERFrédéric & Renaud