Albert  T. HAYES

 

hayes albert 4
NUMERO DE SERVICE33949014
AGE26 ans
DATE DE NAISSANCE1919
ETATAllentown PENNSYLVANIA
FAMILLEMarié à : Dorothy Becker le 12 Juillet 1941
Fille: Joy
GRADEPFC
FONCTION 
PROFESSION AVANT INCORPORATIONEmployé de bureau
Société Bethlehem Steel (Producteur d'acier)
GA
DATE D'INCORPORATION1944
COMPANYCompany H
REGIMENT262nd Infantry Regiment
DIVISION66th Infantry Division
"Black Panther Division"
DATE DU DECES24 Décembre 1944hayes albert tombe
STATUTKIA
LIEU DU DECESdans la Manche, au large de Cherbourg
CIMETIERE

NORMANDY AMERICAN CEMETERY de Colleville

Plan du Normandy American Cemetery

TOMBE
BlocRangTombe
Mur des Disparus
DECORATION

Purple Heart

World War II Victory Medal 

Combat Infantryman Badge

Photo FDLM

victory medal

combat infantryman badge

 

  

us army div 66 262ir

 

HISTOIRE

Une femme a perdu le papa qu'elle n'a jamais connu quand le USS Léopoldville a été coulé le 24 Décembre 1944

Joy Hayes Norton se souvient de son père Albert Hayes qui est mort lors du torpillage de l’USS Leopoldville le soir de Noël 1944, quand elle avait 2 ans.

Le papa de Joy Hayes Norton est mort à bord du Léopoldville lorsqu’il a été coulé par les Allemands le 24 décembre 1944.

Le SS Leopoldville a coulé il y a 70 ans le soir de Noël, tuant le PFC Albert Hayes et des centaines d’autres hommes des troupes US.

Joy Hayes Norton ressemble au père dont elle ne se souvient pas.

C’était un soldat Américain appelé Albert Hayes. Il venait d’Allentown. Il pouvait jouer du piano à l’oreille.

Norton, 72 ans, doit sa « beauté classique Irlandaise », comme sa fille l’appelle, à Hayes. Mais Norton ne connaît que quelques détails que sa famille a partagés au fil des années et ils étaient peu loquaces au sujet d’Albert. L’homme qu’elle appelle Père est principalement une voix sur un phonographe poussiéreux ou un type en treillis portant un bébé sur des photos en noir et blanc. Ses yeux à lui ressemblent à ses yeux à elle.


Le soir de Noël, il y a 70 ans, le PFC Albert Hayes était à bord du SS Leopoldville et traversait la Manche avec la 66e Division d’Infanterie de l’Armée en route pour la Bataille des Ardennes. Tôt ce soir-là, alors que le Leopoldville approchait la Côte française, une torpille lancée d’un sous-marin allemand le percuta sur le côté.


hayes albert 1

Légende : Albert Hayes rend visite à sa fille Joy Margaret dans les jours précédant son déploiement en Europe dans les derniers mois de la Seconde Guerre Mondiale.

Hayes est mort dans le torpillage de l’USS Leopoldville quand Joy Margaret avait 2 ans (Photo fournie, le Morning Call).

Bien que Joy se trouve à 3000 miles de là, à Allentown, l’explosion a fait tournoyer sa vie dans une nouvelle direction. Elle venait tout juste d’avoir 2 ans. Des semaines sont passées avant que l’Armée n’informe sa mère qu’Hayes était porté disparu, des mois avant qu’elle ne le déclare mort et des dizaines d’années avant que ses parents ne mettent un arbre pour célébrer la fête (de Noël).

Dans ce laps de temps, Joy a fini par comprendre pourquoi son père est parti à l’étranger.

Il avait ses raisons.

Le pianiste

Quand elle avait 16 ans, une amie a organisé un rendez-vous arrangé pour Dorothy Becker pour son bal de promo au Lycée d’Allentown.


Il avait deux ans de plus que Becker, avec des cheveux ondulés et un grand sourire. Albert Hayes avait un don pour la musique, les mélodies lui entraient dans les oreilles et s’échappaient de ses doigts. Les samedis, il jouait du piano dans une boîte de nuit d’Allentown appelée « Le Pélican ».

Après le premier rendez-vous, Becker n’était pas sûre de plaire à Hayes. Toutefois, Hayes finit par bavarder régulièrement avec ses parents chez les Becker dans Church Street.


Les samedis, il l’emmenait patiner sur la glace dans la 10e Rue de Walnut Street. Souvent, c’était un double rendez-vous avec le meilleur ami d’Hayes, Floyd Masteller.

Hayes travaillait dans un bureau à Betheleem Steel. Becker était secrétaire dans le grand magasin Hess’s.

Lorsqu’elle a eu son baccalauréat, il lui a acheté une bague. Ils se sont mariés le 12 juin 1941, son 18e anniversaire, dans le salon d’un ami.

hayes albert

Le 13 novembre 1942, Dorothy a donné naissance à une fille, Joy Margaret Hayes.

Onze mois plus tôt, les Japonais avaient bombardé Pearl Harbor et la vie d’Hayes avait changé.

Masteller est parti servir dans le secteur Chine-Birmanie-Inde. La plupart des amis d’Hayes et des membres de sa famille se sont engagés et sont partis en Europe et dans le Pacifique Sud.

En tant qu’employé de Bethleem Steel, Hayes a obtenu une exemption en tant qu’employé essentiel. Il ne le voulait pas. Hayes voulait partir à la guerre.

Mécontent

« J’ai remarqué que ton grand-père était de plus en plus mécontent », a écrit Dorothy dans une lettre à sa petite-fille, des années après.

Enfin, au début de 1944, Hayes a tiré des ficelles et a réussi obtenir une dérogation à son exemption, lui permettant de s’engager. Dorothy a dû signer.
« Il était très heureux et tellement fier », a-t-elle écrit, « comme si le poids du monde se retirait de ses épaules ».

Avant de quitter sa maison, Hayes a contacté Masteller
« S’il m’arrive quoi que ce soit », a-t-il dit à son ami, « prends soin de Dorothy et de Joy. »

Hayes s’était toujours vu en pilote et s’était d’abord engagé avec les Forces Aériennes. Mais plus tard en 1944, l’Allemagne Nazie fut expulsée des pays qu’elle occupait et semblait proche de la défaite. Il y avait davantage besoin de troupes Alliées au sol. Ainsi, après qu’Hayes soit parti au Texas pour l’entraînement au vol, les militaires l’ont envoyé à Camp Rucker dans le Comté de Dale, en Alabama, pour rejoindre l’infanterie.

Une nuit de novembre 1944, Dorothy, qui vivait avec ses parents et Joy, reçut un appel téléphonique.

« S’il te plaît, retrouve-moi sous l’horloge de l’Hôtel Governor Clinton (à New York) », dit Hayes. « Et apporte notre certificat de mariage. »

Des heures plus tard, Dorothy et Albert se sont enregistrés au Drake Hotel, à New York. Après deux jours, le 12 novembre 1944, Hayes a quitté le port de New Hork à bord du SS George Washington à destination de l’Angleterre et de la guerre qu’il avait peur de laisser passer.

Dorothy ne l’a plus jamais revu.

« J’ai appris à ne pas demander. »

Le télégramme est arrivé le 15 janvier 1945. « Le Secrétaire de Guerre souhaite exprimer son profond regret… »

Albert était listé comme porté disparu. Pendant quelques semaines, la famille a désespéré d’avoir des nouvelles. Qu’était-il arrivé à Albert ? Puis, le 7 mars, Dorothy a reçu un second télégramme : « …ses plus sincères condoléances… ».

Après que la torpille ait frappé, 515 soldats ont coulé avec l’USS Leopoldville. Deux cent-quarante-huit autres sont morts de leurs blessures. Au moment de l’attaque, Dorothy a appris dans une lettre venant du commandant de son mari que le peloton d’Hayes se trouvait dans une section du navire qui avait été directement atteinte par la torpille.

Nombre d’hommes de la région étaient à bord, ce soir de Noël. Kenneth Kline de la commune d’Upper Gwynedd, dans le Comté de Montgomery, et George Reisteter, de Bethlehem, se trouvaient parmi les survivants. Albert Hayes d’Allentown et Wayne W. Gable de Waltnutport ne survécurent pas.

Le corps d’Hayes n’a jamais été retrouvé. Dans le cimetière de Freeland (Comté de Luzerne), la famille a mis une stèle. Avec cela disparut la plupart des conversations sur le fils, l’époux et l’ami qu’ils avaient perdu.

Dans ces jours, « les gens ne parlaient pas beaucoup de ce genre de choses », dit Joy. «J’ai appris à ne pas demander.»

Elle n’a jamais connu une autre vie. En 1948, alors qu’elle avait 6 ans, Masteller tint sa promesse. Il épousa Dorothy et la famille déménagea à Forksville, dans le Comté de Sullivan. Joy dit qu’elle a également été élevée par ses grands-parents.

A mesure que Joy grandissait, elle a écouté la voix d’Albert sur un vieux phonographe qu’il avait enregistré au cours d’un voyage à San Francisco. Elle a parcouru de vieilles photos. Qui était son père et à quoi il ressemblait vraiment était un mystère qu’elle savait ne jamais résoudre.

Les grands-parents de Joy ne fêtèrent plus Noël, ça s’était éteint avec son père des années avant que les souvenirs de Joy ne commencent.

Cela a changé une seule fois. En 1965, Joy était une mère vivant dans une base militaire du Kentucky. Son mari avait été déployé au Vietnam. Cette année-là, le grand-père de Joy acheta des billets d’avion pour Joy et ses enfants pour une visite en Pennsylvanie. Dans la maison, pour la première fois depuis 1944, il mit un arbre de Noël et offrit des cadeaux.


Aujourd’hui, Joy vit à Leesburg, en Virginie. Chaque Noël, entourée de ses enfants et petit-enfants, Joy célèbre la fête.

« J’ai toujours pensé à mon père, surtout le soir de Noël », dit Joy. « Je me demande combien la vie aurait été différente. »

La raison

Au fil des années, Joy et son fils Kirk ont assisté aux réunions et commémorations du SS Leopoldville. A chacune d’elles, ils en apprennent davantage au sujet du naufrage et des hommes qui étaient à bord du navire avec Hayes. A chaque fois, ils demandent si quelqu’un se souvient d’un gars Irlandais nommé Hayes avec un large sourire et une oreille musicale.


Personne ne se souvient.

Dorothy Masteller est morte en 2003. Une fois, la fille de Joy, Valerie Kaufman lui a posé des questions sur Hayes.

Dorothy, qui avait presque 80 ans à ce moment, lui répondit avec 26 pages écrites à la main. C’était l’histoire du peu de temps que le couple a passé ensemble, et la raison pour laquelle le jeune homme a quitté sa maison pour mourir dans une guerre qu’il aurait pu éviter.

« Il sentait que c’était injuste pour Joy de rester à la maison », écrivit Dorothy. « Quand Joy sera grande, que va-t-elle dire? Mon papa n’est pas allé à la guerre. »

Soixante-dix Réveillons de Noël plus tard, Joy ne sait rien au sujet de son père.

Mais « je suis fière de mon papa », dit-elle. « Je l’aimerai toujours ».

Arrivée le 26 novembre 1944 en Angleterre, la division peaufine son entrainement jusqu'au 24 décembre

Jour du départ et de la traversée vers la France et la Normandie.

La division embarque sur deux navires dont le SS Leopoldville qui reçoit les 262nd et 264th Regiment Infantry et quitte Southampton en formation accompagné de quatre escorteurs.

Arrivé à moins de 5 miles de Cherbourg, un sous-marin allemand le U-Boat 486 est en embuscade et adresse une torpille au navire.

Il est touché à tribord avant.

802 soldats sur les 2235 qu'il transportait perdent la vie dans ce drame .

Le Leopoldville est aujourd'hui cimetière marin.


memorial plaque

Histoire du Léopoldville & Stèle (Cliquez sur la photo)

div 66

66th  INFANTRY DIVISION - BLACK PANTHER  

 

Activated/Activé

 Normandy/Normandie

15 Apr 1943  Days of Combat/Jour de Combat  91
   Casualties/Victimes 1 452

Entered Combat/Entré au combat

 
1 Jan 1945  

Commanding Generals/Commandants généraux

Maj. Gen. Herman F. Kramer (Apr 43 - Aug 45)
Maj. Gen. Walter F. Lauer (Aug 45 - inactivation) 5)

Campaigns/Campagnes

Northern France (25 Jul 44 - 14 Sep 44)

   

PLAN DE ROUTE DE LA CAMPAGNE - CAMPAIGN ROUTE MAP

carte campagne europe

DIVISION CHRONICLE


The three regiments of the 66th Infantry Division arrived in England, 26 November 1944, and the remainder of the Division, 12 December 1944, training until 24 December 1944 when the Division crossed the English Channel to Cherbourg. A German torpedo ripped into the transport as it was crossing the Channel, and 14 officers and 748 enlisted men were lost. Attached to the 12th Army Group and designated the 12th Army Group Coastal Sector, with operational control of all French forces in the area, the 66th relieved the 94th Division in the BrittanyLoire area, 29 December 1944. Its mission of containing the enemy in the St. Nazaire and Lorient pockets was carried out by daily reconnaissance patrols, limited objective attacks, and the maintenance of harassing and interdictory fires on enemy installations. A heavy German attack near La Croix was repulsed, 16 April 1945, and several strongly emplaced enemy positions were taken, 19-29 April 1945. Enemy troops in the Lorient and St. Nazaire pockets surrendered to the Division upon the end of hostilities in Europe, 8 May 1945. The 66th moved to Germany on occupation duty, in the Koblenz subarea, 20 May 1945, and left for Marseille, 26 May 1945. It sailed for home 27 October 1945.

CHRONIQUE DE DIVISION


Les trois régiments de la 66e division d'infanterie arrivent en Angleterre, le 26 novembre 1944, et le reste de la division, le 12 décembre 1944, s'entraînant jusqu'au 24 décembre 1944 lorsque la division traverse la Manche jusqu'à Cherbourg. Une torpille allemande s'est faufilée dans le convoi alors qu'elle traversait la Manche, et 14 officiers et 748 soldats ont été perdus. Attaché au 12ème Groupe d'Armée et désigné Secteur de la 12ème division du Groupe d'Armées, avec le contrôle opérationnel de toutes les forces françaises dans la région, le 66th a relevé la 94ème Division dans la région BrittanyLoire, le 29 décembre 1944. Sa mission Les poches de Nazaire et de Lorient ont été réalisées par des patrouilles de reconnaissance quotidiennes, des attaques objectives limitées et le maintien de feux de harcèlement et d'interception sur les installations ennemies. Une forte attaque allemande près de La Croix fut repoussée le 16 avril 1945 et plusieurs positions ennemies fortement implantées furent prises, du 19 au 29 avril 1945. Des troupes ennemies dans les poches de Lorient et de Saint-Nazaire se rendirent à la Division à la fin des hostilités en Europe , Le 8 mai 1945. Le 66ème émigra en Allemagne en service d'occupation, dans la sous-zone de Coblence, le 20 mai 1945, et partit pour Marseille, le 26 mai 1945. Il partit pour la maison le 27 octobre 1945.
SOURCE INFORMATION & PHOTOArmydivs.squarespace.com

SOURCES INFORMATIONS & PHOTOSClive TIRLEMONT - Frédéric LAVERNHE - Leopoldville.org
PROGRAMMEURSGarrett, Clive, Frédéric & Renaud