Lawrence Samuel GORDON

 

gordon lawrence
NUMERO DE SERVICE19074804
AGE28 ans
DATE DE NAISSANCE 26 juin 1916
Eastend, Saskatchewan CANADA
ETATCANADA drap cana
FAMILLEParents: Sam & Ella GORDON
GRADEPFC
FONCTIONCommandant du M-8
PROFESSION AVANT INCORPORATIONFermier Saskatchewan
DATE D'INCORPORATION24 Janvier 1942 Seattle WASHINGTON
COMPANYReconnaissance Company
REGIMENT32nd Armored Regiment
DIVISION3rd Armored Division
DATE DU DECES13 aout 1944gordon lawrence tombe
STATUTKIA
LIEU DU DECESCarrouges ORNE
CIMETIERE PROVISOIRE 

Cimetière Provisoire de GORON en MAYENNE N°3527

BlocRangTombe
----
CIMETIERE

Cimetière Allemand
de Huisne-sur-Mer

Cimetière Allemand de Huisne-sur-Mer
CIMETIERE BRITTANY AMERICAN CEMETERY de St James

Plan du Cimetière Américain de St James

Mur des Disparus
CIMETIERE DEFINIFCimetière Canadien d'Eastend, SASKATCHEWANgordon lawrence tombe canada
DECORATION
Purple HeartPhoto FDLM
us armydiv arm 332 armored
HISTOIRE

Le soldat Lawrence GORDON va retrouver son Canada

gordon lawrence 1

Le 9 et 10 juin, en marge des commémorations du 70e anniversaire du Débarquement et de la Bataille de Normandie, ont eu lieu deux cérémonies en l’honneur du soldat de première classe Lawrence S. Gordon.

Ce soldat américain d'origine canadienne, décédé le 13 août 1944, a été enterré par erreur en tant que soldat inconnu allemand.

La première cérémonie consistait en l’identification officielle du première classe Gordon et la seconde en la remise à sa famille du corps de cet homme victime d’une erreur d'identification, il y a 70 ans.

Photo Fdlm

Pour son dernier voyage, le soldat Lawrence S. GORDON va traverser l’Atlantique.

Les ossements de ce militaire d’origine canadienne, engagé dans l’armée américaine, mais enterré dans le cimetière allemand de Huisne-sur-Mer (Manche) car considéré comme soldat de la Wehrmarcht pendant 69 ans, vont être remis à ses neveux et nièces le 10 juin.

Au terme d’un important travail d’historiens, confirmé par des recherches d’identification par ADN.

Tout commence au début des années 2000, lorsque le neveu du soldat Gordon honore la promesse faite à son père, d’aller se recueillir sur la tombe de son frère, tombé sous les balles allemandes le 13 août 1944 près de Carrouges (Orne).

Mais une fois arrivé au cimetière américain en Normandie, il se rend compte que son oncle figure parmi les «missing in action».

gordon lawrence tombe 1

Son corps est porté disparu.

De retour au Canada, la famille va se rapprocher d’un historien américain dont le grand-père était, lui aussi, dans la même unité que le PFC Gordon.

Parallèlement, un historien amateur français, Alexis Boban, se passionne pour le 32e régiment de la 3e division blindée américaine auquel appartient le soldat. Avec le même objectif, remonter jusqu’aux derniers jours du PFC Gordon.

En mettant leurs travaux en commun, ils parviennent à reconstituer une histoire.

Né en 1916, engagé dans l’armée américaine mais de nationalité canadienne, le soldat Gordon a été envoyé sur le front après le débarquement de Normandie.

Intégré à la compagnie de reconnaissance, il se trouve ce 13 août 1944 au commandement d’un véhicule blindé.

«Un tir allemand a touché le réservoir et le véhicule a pris feu»

«Le dernier rescapé raconte que les deux occupants de la tonnelle étaient morts sur le coup. Le conducteur, lui, a pu s’extirper et est décédé deux jours plus tard.»

Enterré dans un premier temps dans un cimetière américain, c’est au cours d’une extraction que les fossoyeurs se rendent compte qu’il est enveloppé dans une vareuse du 3e Reich.

Ils le transfèrent alors dans un cimetière allemand, la sépulture numéro 8209 n’ayant pas de plaque d’identité.

Cérémonie de remise du corps à la famille au Cimetière Allemand de Huisne-sur-Mer

Photo Fdlm
Photo Fdlm Photo Fdlm

En route pour son dernier repos

Photo Fdlm

Pendant quatre jours, les restes du soldat sont escortés par des centaines de vétérans américains, des policiers et des shérifs, entre autres, à travers cinq États américains.

Une cinquantaine de motocyclistes ont grossi les rangs de la procession. Certains disent être très émus de voyager vers le Canada pour enterrer leur compagnon d'armes.

Des citoyens se sont aussi rassemblés sur les trottoirs de leur municipalité pour saluer le cortège.


SOURCES INFORMATIONS & PHOTOSJM BONNET - Angélique COURAUD - Frédéric LAVERNHE - Defense.gouv.fr - France3-regions.francetvinfo.fr - Stripes.com - 20minutes.fr - Cbc.ca
PROGRAMMEURSFrédéric & Renaud